Aller au contenu principal
conseil_syndic_charges

Si vous êtes copropriétaire, vous avez des dépenses obligatoires à payer. Cependant, il en existe différents types à ne pas confondre entre eux :

Les charges courantes

Chaque année, le budget de ces charges courantes est voté en Assemblée Générale. Il permet notamment de financer pour la période à venir la prime d'assurance de l'immeuble, les impôts, le gardiennage, les frais de chauffage, l'eau, l'électricité, les honoraires de votre syndic KEREDES, les petits travaux, la maintenance du système de chauffage collectif ou des parties communes tels que les espaces verts et les ascenseurs...

Les travaux

Les travaux ne relèvent pas des charges communes, car ils sont ponctuels. Leur budget est donc voté à part lors de l’Assemblée Générale. Les travaux peuvent concerner :

  • Les opérations d'entretien de l’immeuble (ravalement, réfection de couverture, d’étanchéité, d’installation électrique…)
  • La rénovation ou le rachat d’équipements communs (ascenseur, changement de chaudière…)
  • Les opérations d’amélioration ou de création (aménagement de locaux communs, création d'un ascenseur, installation d’un vidéophone…).

Les travaux urgents

Il arrive parfois que des travaux doivent être effectués sans délai au sein d’une copropriété. Dès lors, le syndic peut prendre l’initiative de faire exécuter les travaux sans attendre, si en dépend la sauvegarde de l’immeuble. Dans ce cas, les copropriétaires sont avertis immédiatement et l’assemblée générale est convoquée. Le syndic KEREDES pourra demander aux copropriétaires, avec l'accord du conseil syndical, le paiement d’un tiers du montant des travaux avant l'assemblée générale.

La répartition des charges : 

Les charges de copropriété peuvent être réparties différemment entre les copropriétaires :

  • Les charges comprenant la conservation, l’entretien et l’administration des parties communes sont réparties au prorata de la valeur des propriétés. La valeur se traduit en « tantièmes », attribués à chaque bien selon son type, sa superficie et sa localisation dans l’immeuble. 
  • Les charges comprenant les services et les équipements communs sont divisées selon l’utilité que celles-ci ont pour chaque lot : ainsi, lorsqu'un bien est  au RDC, le propriétaire ne paiera pas les charges d'ascenceur, puisqu'il n'en a pas l'utilité. Plus l'étage du bien sera élevé, plus la part à payer dédiée à l'ascenceur sera forte.